Nuku Hiva tennis

 

Nous sommes arrivés en milieu d'apm au petit aéroport de Nuku-Hiva. Là, nous avons pris une voiture tout terrain pour aller de l'autre côté de l'ïle, en traversant le plateau de Toovii, très boisé, surtout de pins. La vue est époustouflante. Une partie du volcan s'est effondrée dans la mer et la route emprunte la partie restante. C'est une bonne route. Nous apercevons des chevaux sauvages.

En arrivant à la pension, nous avons droit un collier de fleurs, mais la propriétaire s'aperçoit que nous n'avons pas de chambre réservée. Le tourisme reprend à peine, elle n'a pas consulté ses mails... En dédommagement, nous sommes logés dans une maison, un peu à l'écart de la baie. Ce matin, je dois partir tôt, car le Président arrive avec sa délégation et la maison est réquisitionnée. Je dois récupérer ma chambre à la pension en fin de matinée.

Je passe la matinée au travail de Steven en attendant. Il y a la clim, une connexion internet. Dans le hall, une dame est en train de fabriquer une couronne de fleurs sur une grande table en bois pour accueillir le Président. Elle m'autorise à la prendre en photo. Toute l'île semble mobilisée en attendant cet événement officiel. J'ai laissé mes cables dans la valise, je n'ai plus beaucoup de batterie, j'ai oublié mon carnet de voyage et de dessin, l'appareil photo aussi, heureusement que j'ai pris mon livre "Pitcairn", le tome 3 des Révoltés du Bounty. J'en suis juste à la partie où Christian Fletcher (alias Marlon Brando) est en train de tomber dans une embuscade fatale par les indiens...

La ville est construite autour de la baie où mouillent une quarantaine de voiliers coincés là depuis deux mois, et une route suit la côte. Un grand Tiki domine la ville sur la colline. En allant dans les magasins superettes, nous rencontrons les gens des voiliers. Beaucoup d'articles sont là pour eux, comme des yaourts longue conservation, des épices, que l'on ne trouve pas hors des circuits touristiques. Je remarque un rayon de chaussures en plastique qui se portent parait-il beaucoup aux Marquises, avec des chaussettes. Nous visitons l'église, moderne, avec ses belles sculptures en bois et son toit qui laisse passer l'air. Nous dinons dans l'un des rares restos de la ville, au Moana Nui, et la langouste fait partie du menu du jour ! A midi, nous avons profité d'un petit snack sur la plage qui sert du poisson grillé frais, les portions sont imposantes. C'est une jolie petite ville, avec sa mairie, son centre culturel, au bord de la mer. J'aperçois quelques marquisiens à cheval, à crû, couverts de tatouages, qui se promènent le long du rivage...

Il pleut ce matin. J'ai été piquée par les nonos. Ils sont coriaces. Mais il ne fait pas trop chaud (même si j'apprécie la clim la nuit). Il y a de l'air ici. Au petit déjeuner, nous sommes tous autour d'une grande table sur la terrasse avec vue sur la baie. Je mets mon imper sur mes pieds pour ne pas être piquée. C'est très facile de discuter avec les autres résidents, tous avec des postes intéressants et qui parlent facilement de leur travail, décorateurs, aménageurs, responsables de centre de formation ... On nous offre une assiette de fruits frais, des beignets et de la confiture de goyave maison... L’eau n’est pas potable ici et nous sommes avertis de ne boire que de l’eau minérale en bouteille.